Home LIFESTYLE Le temps de vivre…

Le temps de vivre…

by Gaby

Voilà, je suis rentrée de mes 5 jours passés dans le Sud de la France. Autant vous dire que je n’ai qu’une envie: y retourner!

Lors de mon passage éclair à Cucugnan (pour ceux et celles qui suivent, mes parents y font du vin), j’ai eu la chance de parler un petit peu avec un ami de longue date: Roland Feuillas.

Roland est un passionné de la Vie. C’est le genre de personne qui, lorsqu’elle ouvre la bouche, crie des vérités en murmurant et éveille les consciences par ses discours simples mais brefs sur l’humanité.

Ce qu’il fait dans la vie à part être un Maître de la réthorique? Du pain. Mais pas n’importe lequel. Du pain, du vrai, de l’authentique, fabriqué dans un vieux moulin restauré avec du blé d’antan. On peut ressentir tout l’amour qu’il a pour la Terre quand on le déguste.

Pourquoi ai-je choisi de vous parler de notre entrevue?

Tout simplement parce qu’elle a révélé en moi une petite graine qui ne demande qu’à germer.

Depuis un an ou deux maintenant, je prends réellement conscience du monde qui m’entoure et de ce que nous, êtres humains, en faisons. Autant vous dire qu’au début, je me suis pris quelques claques dans la figure. Nous sommes des animaux dotés d’une conscience, mais celle-ci ne nous a pas menés vers un horizon paisible en harmonie avec la nature.

Et pourtant, pourtant… Sans elle, nous ne sommes rien. Sans le processus de photosynthèse, nous ne sommes pas capables de respirer. Sans la pollinisation des abeilles, nous n’avons plus de légumes, fruits, ou plantes. Avec deux degrés de plus dans notre atmosphère, c’est toute une partie de l’Humanité qui ne sera plus capable de réguler la chaleur de son corps par la transpiration.

La fonte des glaces, le Sixième Continent, la forêt amazonienne, la disparition d’espèces animales perturbant la chaîne alimentaire, les migrations dues aux changements de climat, sont des réalités qui pèsent sur les épaules de toute notre génération.

J’entends encore Roland m’expliquer que les abeilles ne “font plus de petits” parce qu’elles considèrent que leur environnement n’est plus propice à la vie. Ce sont ce genre de petites phrases discrètes et sincères qui continuent à résonner dans ma petite tête de blondinette.

Mais alors, on va tous mourrir?

Heureusement, non! Enfin, si. On va tous mourir un jour. Mais on peut donner une petite partie de nous-même pour soigner notre planète.

Je ne dis pas par-là qu’il faut tout quitter pour aller élever des chèvres au Pérou. Mais si nous arrêtions de considérer que nous ne sommes qu’une petite goutte dans l’océan,  nous pourrions très vite changer les choses.

Privilégier l’alimentation locale, par exemple. Pas pour tout puisqu’elle reste malheureusement onéreuse, mais on peut choisir ses oeufs chez le petit producteur, ou ses fruits et légumes bio sur les marchés une fois par mois. Si tout le monde allouait ne serait-ce que 20€ par mois à l’achat de produits locaux, éthiques et bio, on aiderait les petits producteurs qui pourraient alors nous proposer des prix plus raisonnables. Non seulement on fait du bien aux autres, mais on se fait du bien aussi, puisqu’on consomme un produit qualitatif.

On peut décider de nettoyer son intérieur avec du vinaigre blanc et du bicarbonate, beaucoup moins polluant que les produits chimiques proposés dans les industries. Eteindre la lumière quand on sort de la pièce, baisser le chauffage et mettre un petit pull, faire une petite place dans sa cuisine pour du basilic frais ou de la menthe… Tous ces petits gestes ne demandent pas d’efforts supplémentaires et sont pourtant essentiels dans l’apprentissage d’un nouveau mode de consommation.

Enfin, on peut apprendre à nos progénitures à consommer autrement, à respecter la nature et à penser d’une manière plus responsable.

 

Et si on réfléchissait autrement?

Nous avons tous grandi avec l’idée que réussir sa vie se résumait à “posséder” et amasser des richesses. Celles-ci peuvent se concrétiser en biens matériels, ou tout simplement en argent.

Mais si on décidait de lier ce besoin de possession avec une autre manière de consommer?

Nous amassons et consommons, mais la plupart d’entre nous ne sommes pas heureux. Même avec la plus jolie Ferrari, nous ne sommes jamais rassasiés. En revanche, quand on se retrouve devant un coucher de soleil sur l’océan, rien ne compte plus autour. Quand on laisse nos téléphones pour passer un moment avec nos proches, on s’empresse de dire à tout le monde à quel point ça nous a rendu heureux.

Ces “petites choses” que nous laissons de côté pour donner son temps à la consommation sont en réalité la vie. Ce sont dans ces moments-là qu’on se rend compte qu’elle en vaut vraiment la peine et qu’elle est belle. Pourtant, nous sommes en permanence pris dans cette spirale et nous sommes prêts à tout, même passer à côté de sa vie, pour nourrir cet d’appétit insatiable d’amasser et posséder.

Et si on prenait le temps?

Le temps de se cultiver, tous les jours un peu plus, afin d’apprendre de nos erreurs, acquérir des compétences, s’ouvrir au monde. Le temps de créer ou d’entreprendre des choses éthiques et écologiques, comme cette chemise que Roland m’a donnée qui provient d’un petit atelier français dans lequel des jeunes ont restauré un ancien métier à tisser. Le temps de produire notre nourriture, sans avoir besoin de surconsommer et épuiser les réserves de la Terre. Le temps de faire de nos talents des métiers basés sur le bien être des autres, et non sur la quantité de production. Le temps d’écouter et de partager, pour nous aider à nous construire tout au long de notre existence.

Le temps de vivre, tout simplement…

You may also like

7 comments

Océane 28 octobre 2017 - 16 h 52 min

Cet article est magnifiquement écrit et plein de vérités! Les photos sont canons (comme d’hab’!) J’ai aussi pris conscience de mon monde de consommation et j’ai maintenant besoin de revenir à des choses simples, de voyager et de passer du temps avec les gens que j’aime.

Bisous ma belle 🙂

Reply
Gaby 28 octobre 2017 - 18 h 25 min

Merci beaucoup!
C’est génial de savoir qu’on n’est pas les seules à essayer de faire quelque chose de bien! <3

Reply
jean-raymond 28 octobre 2017 - 20 h 36 min

Un article qui ouvre les yeux pour beaucoup. Bravo!
Je les ai ouverts il y a vingt ans, et j’ai trouvé la paix.
Je souhaite que tu la trouves aussi!

Reply
Gaby 28 octobre 2017 - 21 h 42 min

Merci 🙂

Reply
Valerie 30 octobre 2017 - 5 h 54 min

Très Bel article ! Vivre en pleine conscience est le début pour apprécier ce qui nous entoure ! Je vais dans ton sens pour tout sauf pour la mode mon pêché mignon ! Mais j’achète aussi bcp d’occasion donc ça compense !
Bonne semaine
Valerie
50 ans et alors ? La vie est belle !

Reply
Gaby 30 octobre 2017 - 8 h 10 min

Moi aussi, j’ai mes péchés mignons… Le principal, c’est de ne pas transformer une jolie idée en dictature, mais plutôt y aller doucement 🙂

Reply
Marine 21 novembre 2017 - 23 h 35 min

<3

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.